Lettre ouverte à la municipalité de Milhars 81

Milhars le 12 avril 2018

Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les élus

Votre courrier du 30 mars, censé nous rassurer sur le projet d’implantation d’éoliennes industrielles que vous avez initié, renforce au contraire des craintes et des interrogations que nous aimerions soumettre à votre attention :

Vous dites ne rien avoir à « cacher » aux habitants de Milhars.

– Comment, dans ces conditions, un tel projet a-t-il pu rester secret depuis juillet 2017 pour la plupart d’entre nous, jusqu’à cette réunion d’information de ce jeudi 15 mars organisée par l’association « qui ne manque pas d’airrr »  ?
Les témoignages recueillis par M.Jean Marty – dont on a déploré l’absence- dans ce documentaire sur le Lévezou, révèlent des enjeux humains et environnementaux qui, pour ne pas avoir été pris en compte dès l’origine, ont été irréversiblement sacrifiés. Comment rester serein face à ces drames sociaux, ce saccage des paysages ?

– Certes quelques lignes dans le bulletin municipal de décembre 2017 annonçaient aux rares habitants de Milhars en cette saison, qu’un mât de mesure serait installé sur les hauteurs entre Marnaves et Milhars.
Pourquoi d’ailleurs mesurer la vitesse du vent quand le test établi en 2008 conclut à sa faiblesse, ce que nous a confirmé le club de parapente ?

– Six élus d’une seule commune peuvent-ils à eux seuls faire l’unanimité sur un projet industriel de cette envergure qui implique la vie et l’environnement de tant de hameaux, de domaines et de villages avoisinants ?
Comment avez-vous pu autoriser l’installation de ce mât de mesure à quelques mètres seulement du dolmen du Roc de la Vierge, désormais soustrait à l’attention de tout marcheur et dont la préservation se trouve de ce fait gravement menacée ?
Serait-ce là votre façon de valoriser le patrimoine ?!!
Quelles conséquences tirer de l’effondrement de ce mât, accident majeur que vous ne mentionnez pas !!…et dont nous ne connaissons pas la raison. Une enquête est-elle en cours ?….
Autant de questions qui heurtent notre sensibilité démocratique et altèrent notre confiance.

– Un flou subsiste également quant à la « bonne concertation » de la municipalité avec le groupement forestier :
Ce groupement a-t-il pu prendre l’initiative du projet en toute indépendance quand on sait que, vous-même et la municipalité, possédez des terres potentiellement impactées par l’installation d’éoliennes ? N’y a-t-il pas conflit d’intérêts ?
Comment peut-on confier à quelques personnes le droit de décider d’un projet d’intérêt général ? Combien de propriétaires sont-ils effectivement concernés ?
Dans quelle mesure sont-ils déjà engagés avec EDF EnN ? Ces contrats ne doivent-ils pas être portés à la connaissance du public ?
Le bulletin d’information que prépare EDF, ne devrait-t- il pas être d’abord soumis à notre attention, à nous les habitants et les résidents des communes impactées par ce projet, avant d’être validé par la municipalité et le groupement forestier?
Toute consultation de la population doit-elle se réduire à de simples présentations de faits déjà accomplis ?

– Sur quelles « retombées économiques » pourriez-vous donc compter?
Faites-vous allusion aux subventions que les promoteurs accordent aux communes et aux propriétaires démunis, pour les appâter, dans une situation de crise budgétaire et de marasme agricole? Est-ce un problème de répartition des taxes entre l’intercommunalité, le département et la région qui conditionnerait la faisabilité du projet ?
Leur montant serait de toutes façons dérisoire par rapport à l’énormité des gains perçus par les promoteurs, et s’avérerait très vite insuffisant pour couvrir les frais d’entretien des terrains et des machines.
Un projet d’intérêt général ne saurait en aucun cas se justifier par l’enrichissement de quelques uns

Dénué de sa vocation touristique, le village serait menacé de perdre toute attractivité, de voir ses biens se dévaluer, ses habitants le déserter. N’est-ce pas en contradiction avec les services que vous envisagez de développer dans la commune ?

De quelles retombées véritablement économiques pourrait-il s’agir quand on sait que la rentabilité de ces machines est quasi nulle, que leur production, si faible soit-elle, ne bénéficie aucunement à la commune, ne faisant qu’augmenter la taxe CSPE payée par le consommateur d’électricité.

Sans doute est-il louable de travailler en concertation avec la Région pour se montrer solidaire d’une transition énergétique indispensable. Des propositions rationnelles sont en cours pour une meilleure maitrise de la consommation.
-Mais comment laisser entendre que les éoliennes sont la panacée pour une énergie renouvelable et propre, quand on sait que leur fabrication incorpore nombre de matériaux rares et polluants, et que leur fonctionnement, couplé nécessairement à des centrales thermiques, émet des gaz à effet de serre ? Leur très faible productivité, testée depuis plus de vingt ans, ne saurait faire valoir cette énergie comme une alternative à l’énergie nucléaire.

– Comment pouvons-nous concevoir qu’une petite commune rurale s’arroge ainsi le privilège de promouvoir,- sans égard pour le droit à l’environnement de ceux qui ont choisi d’y vivre et au nom de slogans fallacieux sur les énergies renouvelables, – un tel projet industriel complètement inutile et dont les énormes conséquences seraient dévastatrices pour le patrimoine naturel et culturel de toute une région ? …Ce pays de Cordes et des Bastides de l’Albigeois, encore riche d’une faune et d’une flore sauvage exceptionnelle, de sites historiques et de vestiges architecturaux remarquables, qu’une urbanisation anarchique et gallopante n’a pas encore réussi à abîmer…

Soyons conscients de sa fragilité et de sa richesse.
Travaillons à en augmenter l’attractivité
Préservons son calme et sa beauté.

Dans l’espoir de susciter en vous et autour de vous, une sage réflexion qui aboutisse à une totale remise en question de ce projet délirant pour notre campagne, nous vous prions d’accepter nos respectueuses salutations.

Association SLCC « Sauvons Le Ciel de Cordes »
Aussevaysse
81170 Milhars 05 63 45 20 42

info@sauvonslecieldecordes.fr
www.sauvonslecieldecordes.fr